Autres Sites








Partenaires




POÈME 68




La toile omniprésente.


Toile tantôt chaude comme de la braise,
Tantôt tiédasse comme ma bière.

Chaude pour les aoûtiens !
Froide pour les cœurs brisés.

Elle n’est ni un mal, ni un bien.
Encore moins un remède.
C’est un mystère.

Qui l’a peint,
Ce n’est pas ce qu’elle est.
Elle est rebelle.

Rebelle contre toute forme d’art,
Contre la logique, la raison.
Mais elle reste là,
A tenir compagnie pour qui veut.
Elle est omniprésente.

Elle nous épie,
Et c’est éternel.

ZANOUNE Ismail (ALGÉRIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES