Autres Sites








Partenaires




POÈME 516




DANSE AFRICAINE

Le rythme lent et sourd d'un tambour
Au loin, si loin au fond d'un champ,
Bat la cadence de mon cœur lourd
Et je m’abîme extasiée dans ce chant.

J’aime l’odeur de la terre après la pluie,
Les arbres de la savane qui crépitent
Quand l’orage gronde et menace la nuit,
Les perles d’eau comme de rares pépites

Dans une grande farandole bariolée
Des peuples dansent autour du feu
Célébrant l’amour et surtout l’amitié
De cette terre honorée par nos aïeux

Tous semblables, réunis en ce soir
Mixant leurs différences en culture
Chantant un seul poème d’espoir
Ils jaillissent d’une même peinture !

Amina Idrissi, (MAROC)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES