Autres Sites








Partenaires




POÈME 504




HOMMAGE A ABDOU DIOUF

Comment peut-on décrire sans risque d’omission
Les multiples aspects d’un parcours d’exception ?
Gouverneur, Chef d’Etat, Secrétaire général
Il fut près de vingt ans destin du Sénégal.

Inspiré par Senghor il soutint son pays
Sur les chemins ardus de la démocratie.
C’est ensuite le français qui eut besoin de lui !
On lui offrit les rênes de la Francophonie.

Soixante-dix-sept Etats et autant de visions
La tâche à accomplir était herculéenne
Avec l’acharnement que permet la passion
Il bâtît peu à peu une notion citoyenne

Il en fit un ensemble, un acteur reconnu
Que l’ONU sollicite et que l’Afrique écoute.
C’est aussi grâce au feu qu’il a entretenu
Que la langue française évite la déroute.

Des centaines de millions de lèvres francophones
Devraient le remercier de s’être démené
Pour défendre leur droit de parler en français
Quand leurs propres Etats se montraient trop aphones
Je me fais messager de ces foules anonymes
Qui ignorent bien souvent les efforts déployés
Mes mots ont donc valeur d’un MERCI unanime
Pour un grand Homme d’Etat et un maitre à penser.

Manuel Bello (BRÉSIL)
Jean-Jacques Saugel (AUTRICHE)
Jean Baptiste Diarra (ETHIOPIE)


Hommage rédigé sur trois continents par 3 francophones du Nord et du Sud


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES