Autres Sites








Partenaires




POÈME 503




ABORIGÈNE

Il vivait là en harmonie
Comprenait le vent
Parlait au soleil
Ne faisait qu’un avec la roche, le sable.

Il était nu et silencieux,
Attentif et respectueux,
A sa façon Majestueux !

Ils sont arrivés au printemps
Faisant du bruit, brisant le vent
Ont décidé de s’installer
De transformer de développer.

Ils ont jugé sa nudité
Son dénuement et son silence.
Un coup de feu a éclaté.

Il vivait là en harmonie
Comprenait le vent
Parlait au soleil
Ne faisait qu’un avec la roche, le sable.
Il n’y a plus qu’eux maintenant.
Demain Ils commenceront à construire !

Adam ADDISON (AUSTRALIE)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES