Autres Sites








Partenaires




POÈME 471




MA TUNISIE

Je me suis subitement réveillé au milieu de la nuit
Perplexe, effrayé, énervé et très inquiet
Seul sur le port, je faisais le va et vient
Cherchant une logique à tout ce qui me tient
Il faisait très froid, il pleuvait sur le rivage
Mon esprit feuillette les événements de page en page
Retenu incessamment par ceux que connait mon pays
Entre la Troïka et l’opposition trop de conflits
Sit-in, réclamations, vagabondage, contestations
Rumeurs, laissé aller, diffamations tout le temps
Le pays est devenu comme une jungle ou une forêt
Où la haine et la force ont couramment régné
Des idéologies par ci par là ont semé la pagaille
Pour sillonner les esprits du peuple en plusieurs failles
Trop de temps perdu depuis notre révolution pour rien
Unissons nous serrons les coudes pour ce pays et son bien
Travaillons pour progresser, ne touchez pas ma Tunisie
Je la protègerai de toutes mes forces avec frénésie.

Samir FRAOUA (TUNISIE)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES