Autres Sites








Partenaires




POÈME 450




OUBLIÉS DU MONDE

On attend toujours le soleil.
On le scrute dans le gris des nuages.
Ces ballons noirs qui encore ombragent
La rai de tout notre éveil.
Pourquoi sommes-nous encore
Une terre obscure, sous un ciel muet?
Pourquoi on nous mène au fouet,
Pourquoi la misère est notre sort ?
On attend toujours de rentrer.
De revoir nos filles et nos fils,
Sur nos terres, rire sans vice
Batir des cases et servir des mets.
Creuser le sol et semer le grain,
Suer de chaleur tous les jours.
Chanter ensemble le bon jour,
Sur les routes de notre chemin.
Pourquoi ces guerres tribales?
N'entendez-vous pas ces chants,
Ces choeurs qui s'élèvent des champs,
Qui invitent mossi et bengales,
Yorouba et wolofs, tutsi et utu,
Xosa et Zulu, Bété et Dioula,
Touaregs et Bambaras,
Diolas et Sérères,
Basques et Irlandais,
D'ici et d'ailleurs, au Grand festival
De la Francophonie ?

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES