Autres Sites








Partenaires




POÈME 446




RWANDA ! POUR NE PAS OUBLIER !

Elle s’appelait Stella elle était mon épouse
Ils ont violé son corps et mis fin à sa vie
Car elle n’était pour eux qu’un objet méprisable !

Elle s’appelait Judith elle était mon enfant
Souillant son innocence ils rirent de sa terreur
Laissèrent son corps brisé pourrir sur un sentier

La nuit elles accompagnent mes terrifiants cauchemars
Le jour elles envahissent mes pensées hasardeuses
Je ne suis que mémoire, pierre narrant le passé
Vieux monsieur oublié qu’on n’ose regarder

Moi aussi j’ai souffert la cruauté bestiale
Sadique et libérée des légions génocides.
Ils m’ont laissé pour mort
Sans pieds pour voyager, sans mains pour travailler
Le cœur froid d’agonie l’esprit fou de douleur

Chaque jour je veux mourir, enfin les retrouver !
Mais il me faut rester pour honorer leur nom
Elle s’appelait Stella, elle était mon épouse
Elle s’appelait Judith elle était mon enfant

Olivier Kaboneka (RWANDA)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES