Autres Sites








Partenaires




POÈME 397




L'OISEAU MOQUEUR

L'oiseau moqueur n'a plus le cœur
A rire des malheurs des hommes devenus fous
Il a décidé dorénavant
De faire vœux de silence
Face a tant de souffrance
A quoi bon se moquer ?
De ceux qui ne savent plus aimer
Occupés a s'entre tuer
Pour un non, pour un oui
Qui change au gré des jours
Et varie au fil des nuits
Qu'ont-ils tous à courir
Regard hagard et main armée ?
A quel moment ont-ils oublié
Que la vie est un don sacré
Qui vaut la peine d'être vécu ?
L'oiseau moqueur n'a plus le cœur
A regarder les ruisseaux rouges couler
Sur les routes et dans les contrées
Par les mains d'aciers
Des chevaliers noirs barbus
Aux longs dents de carnassiers
Décimant les sourires sur les faces
Pour en effacer la trace
Et faire régner la terreur
L'oiseau moqueur a pris son envol
Pour déserter ces lieux et partir sous d'autres cieux
Ou le rire se cultive encore Arrosé par l'amour
Que chacun couve dans son cœur
Prions pour son retour
Demain ou un de ces jours.

Amina AMHARECH (MAROC)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES