Autres Sites








Partenaires




POÈME 396




LES BATEAUX DU DÉSESPOIR

Je vais par la mer, sur un radeau ficelé,
Braver les vagues et tous les doutes,
Quitter le malaise et les solitaires routes,
Affronter le voile des ténèbres élevées,
Escalader la tempête et l'ouragan,
Vivre un jour, écrire mon testament,
Léguer l'espérance à mes descendants,
Céder ce passif amer au sincère présent.
Je vais par la mer, au mat de mes rêves,
Hisser la voile de tous mes pairs,
Brasser les eaux qui m'attendent sur la grève,
Ouvrir ce livre défunt de mon père,
Je vais par la mer, face au silo,
Émerger des famines et des disettes,
Dormir au rythme des doux flots,
Rêver des danses de ma conquête,
Mourir d'éternité,
Vivre un jour.

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES