Autres Sites








Partenaires




POÈME 377




A MES AMIS AFRICAINS

Sous la peau, sur la langue, au bout du pinceau
Glissent les accents de vérité de l’Homme
La devise autonome descend en rappel
Dans sa langueur, sur la hampe des drapeaux
Irrigue les racines, tresse des couronnes
Aux riches mystères de cultures plurielles

Combien de corps, d’esprit de Sédar Senghor ?
Combien d’Hampâté Bâ faudra-t-il encore ?
Comment faire vivre une langue à cor et à cri ?
D’est en ouest du Burundi à Conakry ?

Au soir des palabres, l’arbre enflammé de lune
Théâtre de paix pour les oiseaux de nuit
Messagers du ciel quand les chants des femmes
Laissent entrevoir au-delà de la lagune
Des échanges fraternels liés à l’usufruit
D’une société où priment les chants de l’âme

Bernard COURAUD (FRANCE)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES