Autres Sites








Partenaires




POÈME 340




LE CŒUR D'UN ENFANT

Tempête, calme tes vents
Tu me mets au pied du mur
Dans ton souffle, mon cri d’enfant
Qu’en est-il de cette femme mûre ?
Tempête, hurle ton vent
Sur mes belles plaines et beaux champs
Sois douce sur mon âme errante
Brise légère sur mon visage,
Sème en mon cœur mes épis d’or
Dans ma pensée, mes fleurs sauvages
Souffle tempête et hurle le vent
Sème de ton souffle mes nobles lettres
Ouvre les volets de mes fenêtres
Médite la vie d’une femme errante
Qui prie les mains jointes
Tempête, calme tes vents
Épaule mon rêve qui veut être
Sois l'hommage pour ceux qui ont appris
À mon rêve de lutter, de se faire connaitre
Souffle tempête et hurle, le vent
Sois ma grammaire, fleurs et moissons
Sois, le sourire de ma mère défunte
Le pas de mon père absent
La sécurité de mes frères
Les bras doux de mes sœurettes
La chandelle, qui éclaire mon chant
Sois, le sillon de mon destin
Sois l’amour fidèle
Pour la femme au cœur d'’enfant
Qui lutte pour être où ne pas être

Maissa Boutiche, (ALGÉRIE)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES