Autres Sites








Partenaires




POÈME 335




MADEMOISELLE !

Veux-tu m'épouser ? Chérie !
Un bouquet de jolies roses,
Avec des feuilles de lilas blanches,
Mademoiselle je vous apporte ce dimanche,
Tenu de mes mains toutes moroses.
Je n'ose ouvrir la bouche !
Je ne le pourrais maintenant
De ma langue fort en fourche
Devant ton charme captivant.
Mademoiselle !
Je le dois cependant
De lâcher de ma haute falaise
Le cri qui ouvre mon serment
De faire toute ma vie ton aise.
Pieds et poings, liés et soudés,
Genoux figés, plantés dans la glu,
Sous ton soleil, tendu, d'espoir enivré,
je te vois de mes yeux de vertus.
Mademoiselle !
Ces roses ! jamais ne se fanent !
Elles viennent du pré de mon cœur,
Entre les belles hauteurs des montagnes
Et les vallées continues de mon Honneur.
Je suis en laisse derrière ta sentence,
Et mon cœur se dresse
Aux portes de ton allégeance,
Douce de ta délicatesse.
Dans mon sourire divin, ton verbe,
Pour ma vie !
Oui ! Je le veux. Chéri !

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES