Autres Sites








Partenaires




POÈME 313




ALANGUISSEMENT

Sur des rives sèches, ensanglantées
Échouent tous mes désirs illusoires
Agacés des menus vœux dérisoires
D’une saga assez mouvementée !

Sur la grève, des mouettes s’affolent
De mon désarroi amer, fracassant
La vague émousse mes rêves naissants
Que l’amertume de mon âme étiole

Le soleil timide et fort lamenté
Effleure des pétales si flétries
Mon regard de ce spectacle est meurtri
Dame Nature semble floue, hantée !

Est-ce de moi ou de toi cette langueur
Qui me consume à longueur de journée
Tellement, j’ai du mal à la contourner ?
Je la plie, mais elle tient avec vigueur !

Abdellatif BHIRI (MAROC)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES