Autres Sites








Partenaires




POÈME 284




UNE MAIN

Une main dans le miroir
Qui cherche la raison.
Cinq doigts, cinq saisons.
Quatre rosées. Une noire,
Ma douce continentale.
Sans lumière.
Sans atmosphère.
Ma belle verticale !
La saison du doigt
Sur le silence de la loi,
Sur la pierre tombale.
Une main fugitive.
Qui libère ses doigts,
Ses fils, ses princes, proies
De la meute expéditive.
Une main dans l'aube !
Elle ferme ses doigts
En un poing sans abois,
Dur, qui ferme l'aube.
Une main ouverte
Fraiche des rosées,
Libres doigts déliés,
Levés, d'une paume verte.
Quatre saisons,
Cinq étés sous les étoiles,
Cinq filantes sous la toile,
Cinq saisons de tout horizon.
Une blanche,
Une jaune,
Une rouge,
Une noire,
Une main de tous les bras.

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES