Autres Sites








Partenaires




POÈME 26





Les oubliés

Il est de ces lieux où les pires des péchés
Dans les rues sont commis et les églises, prêchés;
Il est de ces lieux où le meurtre est permis,
Et où est même par chacun conseillé et prescrit.

Nul besoin d'ouvrir une quelconque porte
Pour découvrir le lieu où les terribles cohortes
De l'erreur règnent d'une main de fer
Gantée de sang, de feu, et de pierre!

Nul besoin de chercher dans une divine absinthe
Ou une quelconque ivresse ce lieu, où les plaintes
Des vivants forment l'angélique arrière-plan sonore
D'un orchestre démoniaque dont le chef est la Mort!

Nul besoin de quérir dans les jardins de Satan
Les carnages et massacres, les morts et mourants;
De chercher ailleurs que dans nos lâches cœurs
Les cris d'agonie et gémissements de douleurs!

Nos yeux hypocrites, le meurtre choque, le vice étonne;
Et face à l'erreur, les masses s'amassent et tonnent
Dans les rues comme le tonnerre dans les cieux:
Mais le silence revient bien vite dans ce lieu.

Car ce monde où le chaos est le pain quotidien,
Où le vin journalier se mêle d'un goût malsain,
C'est celui où nous vînmes en voulant le quitter
Et que nous quitteront un jour en voulant y rester

Wajd Meskini(TUNISIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES