Autres Sites








Partenaires




POÈME 253




LA PAROLE

On se méfie d’elle, d’elle je me méfie
Comme une arme chargée
Prête à commettre une tragédie.
Elle trahit souvent ma pensée.
Si elle affirme ma vraie autonomie,
Elle ne s’empêche pas de m’ôter la joie.
Malgré ses nombreux scandales ;
Perdre son usage, nous sera fatal.
Tiroir du mensonge, de la vérité ;
Nous y perdons ou gagnons notre dignité.
Outil du dialogue, instrument de la paix
Je t’honore de tes œuvres sacrées :
Tu es le soin de nombreuses plaies.
J’en témoigne du bien que tu crées :
Du dialogue tu fais jaillir l’harmonie.

Arnaud Jules Maxime YAMMA (BURKINA FASO)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES