Autres Sites








Partenaires




POÈME 248






Je suis foudroyé par une tempête d'amour
Aussi longtemps qu'il perdure autour, au cours
Et qui détourne, séjourne au plus profond d'un tambour
D'un ilien, perdu dans la silhouette du désert Sarah
Sans lien ni rien, mon amie, ma belle demoiselle Sarah

Mes mots sont en quête d'identité aujourd'hui
Demain, je l'ignore sans le savoir, je dis oui,
Aux vents qui frôles les voiles de l'ouïe
Et mes aïeux qui ont souffert un amour de grenouilles
Les platonismes des mes amours est un ouragan qui est venu
En tornade qui m'a laissé un temps ambigu
N'est-ce pas la poésie un refuge, ni froid ni aigu
Trempe dans les combines et les magouilles
Des mes illusions abstraites dans un univers cuit

Hélas la poésie ! Tu es le miel à moi,
Mon seul et unique amour et glamour sentimental banale
Tu es mon violon, mon instrument et une percussion maximale
Tu m'aimes et je t'aime, à quoi
Cela sert, si je souffle toujours au jour ou je t'ai vue
Ma confidente éternelle mais pas aussi charnelle
Depuis la nuit des temps et des printemps
Un amour tantôt cannelle tantôt Channel
D'une nuit à bougie étendue dans un élan...

Sidney Chai Fernandes (ALGÉRIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES