Autres Sites








Partenaires




POÈME 247




CHÈRE INCONNUE

Dois-je maudire ou remercier l’internet
Qui m’a aidé à recoller mes vieux souvenirs en miettes
Mon Dieu que c’est bête par moment d’agir qu’à sa Tête.
C’est un rêve qui a rendu mes idées éparts
Dont je me fis au hasard et décrire ce cauchemar :
J’ai gardé en souvenir que vos beaux Yeux
Devant votre pharmacie, m’est devenu un sacré Lieu.
En rentrant dans cette pharmacie provinciale
J’ai complètement oublié mon mal.
C’est l’endroit, où, j’ai senti tout mon corps en Chaleur
Captivé, par votre charmante Lueur.
Votre doux regard inquiète les Gens
Dans mes paroles, croyez-moi, je suis Franc.
A qui dirai-je ma Peine
Moi qui n’a point d’Amie
Comment je vis, je ne dors jour ni Demi.
Mais toujours Veille
Ce fait Amour qui me Réveille.
A qui je dis ma Pensée
Moi, que je n’ai pas une Fiancée.
Que de chagrin, j’ai trop Senti
Que de beauté, j’ai trop Vu
Mais rien ne m’a Plu.
J’ai trop aimé dans ma Vie
C’est de vous que j’ai Envie.
Envie, de faire Liaison
Et vous serez Reine
Dont je donne toujours Raison.
Sortez-moi de cette Prison
Et emmenez-moi dans votre Maison.
Je connais en vous qu’une charmante Silhouette
En Hidjab
Afin d’éviter le mauvais œil de certains Arabes.
Le jour où, je me suis renseigné sur votre Personnalité
Ça à augmenter mon Amitié
Et suis d’accord pour que vous gardiez votre Liberté
Bien entendu, liberté dans le respect et la Dignité.
Puisque vous ne connaissez rien en Moi
Un aperçu de moi, sera premier pas avant Toi :
Suis divorcé sans Enfants
Parents décédés depuis trois Ans.
Plein de jeunesse et d’Ambiance
Attendre que votre Confiance.
Deux sœurs vivent avec leurs Maris
Faut me croire, je vous en Prie.
Un frère aîné vit en Angleterre
C’est lui qui a remplacé notre Père.
L’une de mes Sœurs vit en France
De mon choix, elle me fera Confiance.
Entre l’Angleterre ou la France
Laquelle ?
Sera le lieu de notre lune de Miel
Vous n’avez qu’à choisir ma Belle.
Je vis seul, dans ma villa comme un Fantôme
Est-ce que ça, c’est la vie d’un Homme ?
Sur vous m’en dit beaucoup de Bien
Ne prenez pas mes engagements pour Rien
Dites oui et envers-vous je Viens.
Mon cœur n’est pas en repos, mon Âme
Veut tuer ce Silence
Tant qu’il y a entre nous cette Distance.
J’aimerai être Professeur
Afin de gagner votre Cœur.
Mais hélas, suis qu’un Ingénieur
Qui gagne son pain au Sud par sa Sueur.
Cependant, ne pouvant plus renfermer en moi ma Passion
Par ma plume, je demande votre Affection
Et peut être j’attire votre Attention.
Si ma plume est bien Impuissante
A briser le mur qui nous Sépare
Ayez confiance au moins au Hasard
Par respect à mon Égard.
Ce hasard qui a rendu l’expression de mes Sentiments
D’un amour très Émouvant.
Par cet amour aussi vif que Sincère
Soyez généreuse, épargnez moi cet anxiété aussi Amère.
Ouvrez-moi votre Cœur
Je serais le plus passionné et le plus sincère
De vos Adorateurs.
De celui qui attend avec Impatience
Qu’un jour, vous lui faites Confiance.
Hélas en réalité mon rêve m'en entraîné sur un chemin sans Issu
Je me trouve comme un aveugle Perdu
Pensant aux biens d'Autrui
Que notre Religion me l'Interdit
Par la Loi je serai Puni
En fin ce cauchemar m'a récolté que des Ennuis.
Satan m'a emporté dans son Lit
Que Dieu me Maudit.
Satan m'a tendu sa Main
Mais elle m'a montré le bon Chemin.

ABDERRAHIM Bouzid (ALGÉRIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES