Autres Sites








Partenaires




POÈME 232




MA DEMEURE

Elle est grande ma demeure, ouverte.
Sa cour s'étire aux rires des enfants qui jouent.
Des fromagers géants abritent les labeurs d'aout:
Danses chantées sur l'herbe verte.
Elle est heureuse ma demeure du midi.
Cocasse, joviale, elle est de toutes les fleurs.
Splendide, neuve et pleine de bonheur.
J'y cours. J'y saute ! j'y tombe! J'y vis.
Elle est de chaque contrée.
Monde des peuples soudés et amicaux
Qui ne font qu'un dans les mots
Francophonie et prospérité.
Elle est de tous les fanions:
Sur le toit brille une étoile,
Si lumineuse et si belle, sans voile!
Elle ravit le critique de toute opinion.
Elle abrite les oiseaux migrateurs.
Elle conte le lendemain au chat;
Et son dialecte installe la joie,
L'allégresse intime du bonheur.
Ma demeure est de toutes les cases.
Pointue au chapeau de paille,
Douce des rangs sans faille
Au fil des temps, au fil des extases.
Ma demeure est dans la Francophonie.

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES