Autres Sites








Partenaires




POÈME 229




UN DÉPART SPONTANÉ

Depuis que tu m’as lassé
Cet inoubliable soir d’été
Remontant à des années
Mon être cesse de briller
De ces rayons ensoleillés
Et à force de pleurnicher
De ce départ spontané
Je suis devenu mal luné

Sous les rides du désarroi
De mon visage sournois
Gisait un brasier d’espoir
Qui luisait la vie en moi
Les jours comme les soirs
Dissipant mon désespoir
Mes idées hallucinatoires
Et mes pensées si noires

Derrière mon désir dévorant
De te retrouver promptement
Pour apaiser ma désolation
Surgissait cette belle leçon
Qui mérite d’être mémorisée :
Un départ momentané
D’un de deux cœurs aimés
N’est point un vrai adieu

Keltoum Deffous (ALGÉRIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES