Autres Sites








Partenaires




POÈME 227




L'UNION

Et si le noir et blanc n'existaient plus
Vestige d'un passé lugubre, souvenir de l'ignorance

Et si l'éloignement n'existait plus
Symbole d'une solitude combattue, d'un geste lumineux qui s'élance

Cette lumière s'appelle Unité
Les murs s'écrasent, les mains se tiennent
Cette lumière s'appelle Fraternité
Les cœurs s'unissent, les valeurs se tiennent
Il n'y a que des couleurs, que des couleurs
Tout n'est plus, mais tout est un Tout
Il n'y a plus de différences, que de douceurs
Le mal n'est plus, mais Dieu est en nous.

Voilà ce qui tient un pays
C'est quand il est dirigé par plus grand que lui.

Rosia KWALUH (FRANCE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES