Autres Sites








Partenaires




POÈME 221




MA PRIME JEUNESSE

Dans les songes d’amour, j’ai enterré ma jeunesse
Et j’ai perdu les hommes, les femmes et leurs tendresses.
Nous étions tout deux, et l’amour était le troisième
Et j’ai toujours l'envie de dire, j’ai t'aimé et je t’aime.
Comme si une brève ferveur peureuse brise le cœur
Comme si la plus belle rose du jardin a perdue l’odeur.
Comme si je suis venu trop tard
Comme si, je suis devenue vieillard.
Mon amour semble à un cri d’une plage menacée
Qui va l’y tendre l’oreille si les rivières sont gercées.
Voulez-vous voir mes sentiments en poudre
Voulez-vous savoir comment on fait tomber le foudre.
Refusez donc un homme sacré, pieux et pauvre
Avec sa bonté toutes les portes fermées s’ouvrent.

Ridha Azri (FRANCE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES