Autres Sites








Partenaires




POÈME 216




EDIT

Saisir le cours du temps qui passe,
Banal, solennel, triste ou gai,
S'arrèter un instant devant la glace,
Se voir, rire, se taire, pleurer.
Je veux apprendre de toi.
Royal, populaire, rieur et pauvre.
Vivre sous ton ciel et dormir sans toit,
T'accueillir. Avec mes bras de pieuvre.
Taire le cri des hommes qui renaissent
Tristes, éplorés, seuls et meurtris.
Donner mon sang à la sagesse,
Lèguer paix et amour à ma patrie.
Je marche. Je passe le temps.
Sous les bannières, entre les hommes,
Dans les mers, ilots et continents,
Etre le produit de toute leur somme.
Saisr ta main dans la ténébre,
Froide, fragile,esseulée ou rebelle,
Partir au-delà des monts funèbres,
Chanter avec toi une si belle
Ritournelle,
La Francophonie !

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES