Autres Sites








Partenaires




POÈME 214




INVOCATION

Que faire O Mon dieu pour calmer ces souffrances,
Pour que remontent aux cœurs les marées de douceur,
Pour que fleurissent les rires chez les êtres de candeur,
Pour que se nouent enfin les utopiques alliances ?

Car Tu as su créer un univers profond, immuable,
Comme une symphonie aux mystérieux accords
Et dont les airs célestes ont ceci d’admirable
Qu’on ne peut en dévoiler tous les secrets trésors.

Mais l’Homme t’a trahi, l’Homme, ta plus belle œuvre,
Cette argile modelée sur d’étranges amphores,
Cette pensée vibrante, emblème du Maître d’œuvre,
Cette étincelle de vie créée en météore,

Et ce cœur chaloupé battant à la chamade,
Oui, cet être façonné par ta divine main
A perverti tes lois et usant de bravade
S’est fait Seigneur des ombres et du sombre Destin.

Aujourd’hui, L’Histoire singe l’Histoire et la contrefait.
Le temps tente de copier ces croisades inhumaines
Où l’homme fait mourir l’homme sans aucune pitié
Où l’on brandit très haut les bannières de la haine.

Mais que faire, ô Mon Dieu contre toutes ces douleurs,
Comment désamorcer ces nouvelles terreurs,
Comment semer l’Amour dans les perfides coeurs
Et donner à la Vie une immense valeur ?

Ta créature t’échappe,Mon Dieu, et défigure le Monde
Car celle que l’on crut et de sable et de cendre
Née pour glorifier une Nature chaleureuse et tendre
Vend à présent son âme à des actions immondes.

La Terre a vieilli : Le Savoir déserte les esprits visionnaires
La Science dispute à l’Art des succès mercenaires
Et la bleue Poésie amputée de ses riches métaphores
Pleure ces jours nouveaux privés de leurs aurores.

Mélika Golcem Ben Redjeb (TUNISIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES