Autres Sites








Partenaires




POÈME 203




PLAIDOYER D'UN ENFANT TUÉ

Parti, je ne sais où,
Depuis la nuit des temps,
Exilé de mon pays,
De mon corps et de mon cœur d'enfant.
Tout ce qui restait de moi,
Je l'ai vécu en un an.
Seule mon âme est sauvée,
Fidèle à moi et à mes sentiments.
Depuis, elle ne cesse de roder
Pour réveiller les inconscients.
Mes amis, la mort est éternelle
Mais la vie n'est qu'un moment.
Mourir pour renaître
Dans un monde plus vivant.
Ne perdez pas votre âme,
Ne la vendez pas à Satan.
Vos enfants et vos femmes,
Par vos mains en mourront.
Vous quitterez tous cette vie,
A chaque heure et à chaque instant.
Vous serez tous maudits
Par toutes les femmes et par tous les enfants.
Je resterai à me chercher
Dans vos cœurs, dans vos corps
Sur la terre et dans les ans.
Je hanterai vos jours et vos nuits,
Vous vivrez l'enfer dans vos camps.
Je suis une âme sensible,
Je suis la vie, je suis la mort.
Mais n'oubliez surtout pas
Que je ne suis qu'un enfant.

Younes ZEMNI.(TUNISIE)


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES