Autres Sites








Partenaires




POÈME 155




SA GRÂCE

L'océan dégage la brise, une couleur noble.
La terre se lève et sursaute de sa croûte le sable.
La pluie tombe hélas, sous peu retourne aux cieux.
Le ciel cache à minuit soleil, vers midi alpague ses feux.

Nuit sans laquelle nul sommeil, est leste sans étoiles.
La ronde où se tiennent un millier d'araignées, de toiles.
La montagne au-dessus de laquelle l'on voit tous les moines.
Le monde qui est révolu, renfermant châteaux et moires

Éclaboussante merveille.
Giclant d'une fleur belle.
Un art plein d'innocence.
Une fleur en effervescence.

La science a ses dipôles.
La littérature ses lettres.
Ô ! Merveille de trace
La nature elle, sa grâce.

Amadou Seck Ndiaye (SENEGAL)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES