Autres Sites








Partenaires




POÈME 147




LA FEMME

Je veille encore de nuit
Comme de jours
Je ne peux plus dormir dans les bourgs
Surtout avec cette lumière qui me luit
J’adore les regarder à travers Beauvoir
Car elles représentent tout mon avoir
J’aimerai les voir toutes heureuses
Et non soucieuses ou peureuses
Elles sont le cœur de la vie
Leur amour nous lie,
Source de bien-être et d’équilibre,
Leurs sourires nous rendent libres
J’aimerai voir toutes femmes
Toutes les filles et grandes dames
Nageant dans l’allégresse
Car, pour moi, la femme est une déesse

Bassirou Diagne (FRANCE)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES