Autres Sites








Partenaires




POÈME 145




PRENDS MA MAIN

Prends ma main qui est de couleur Chère nature à la peau incolore Qui s'habille de regards et d'efforts Pour confondre cette attente du coeur. Prends ma main que tu méprises, Elle ignore la ligne qui nous sépare. Mon espoir, d'une rancune ne se pare. Violence et injustice ne sont pas de mises. Prends ma main qui est daba Qui creuse la terre et libère le grain Des terres bitumées de chagrin Qui trainent ces meurtres là-bas. Prends ma main qui cherche la raison Dans ce vide des couleurs séparées, Leur identité menacée. Partout, en toute saison. Prends ma main qui se meurt D'étre encore pour tes songes Captive de gestes étranges, De mensonges qui demeurent. Prends ma main qui est amour. Marchons vers la paix des coeurs ! Construisons une nouvelle demeure A l'aube d'un nouveau jour: La Francophonie.

Mamadou NGOM (SÉNÉGAL)




RETOUR A LA LISTE DES POÈMES