Autres Sites








Partenaires




POÈME 117











L’anathème

Ne jette pas l’anathème sur la langue de Madame de Staël
Sous prétexte que les langues du bantou du wolof du swahili
Sont les vecteurs de l’ascension et du soubassement culturel !

Ne jette pas l’anathème sur cette langue devenue nôtre
Car féconde elle a donné naissance à d’innombrables enfants !

Nous ne l’avons pas adoptée par félonie
C’est l’aliénation de l’histoire qui nous l’a imposée !

Ne jette pas l’anathème sur le champ lexical d’Hugo et de Balzac
Même si la langue de Kocc (1) et la langue de Chaka Zoulou
Sont les ferments d’autres mœurs et de coutumes !

Nous sommes à l’ère des cultures plurielles
Le repli identitaire engendre xénophobie et Racisme
Mais soyons prudents dans notre ouverture
Car tout ce qui provient d’ailleurs
N’est pas forcément le meilleur !

Utilise ta langue d’origine si tu veux
Et laisse à l’autre le choix de créer par les Lettres
Du Cardinal de Richelieu et des Mousquetaires de son roi !

Et puis ne confonds pas les bégaiements de l’écriture
susurrés dans ton dialecte
Pour te croire à l’abri des exigences de la Grammaire !
Ecris en wolof écris en Bambara écris même en Massaï
Mais de grâce respecte la sémantique et la syntaxe !
Ne te cache pas derrière les remparts de ton dialecte
Pour infester la littérature et la poésie
De fioritures et de galimatias !

Acte de création et de liberté
L’Ecriture n’a que faire des élans réfractaires
des nihilistes !

Il faut en finir une fois pour toutes
Avec tous ces nullards qui s’abritent
derrière leurs dialectes
Et jettent l’anathème sur la langue française !

Mamadou Lamine Sanokho (SÉNÉGAL)

1. Kocc, célèbre philosophe sénégalais du XVIIème siècle


RETOUR A LA LISTE DES POÈMES