Partenaires









Représentant de l'ACFOI à Genève




Voir la biographie de Monsieur El Hadji Gorgui Wade Ndoye


Avec la Première Dame de France, Valérie Trierweiller Hollande,au Salon Français des Nations Unies.

Dans les instances onusiennes, l’anglais domine. Plus personne ne s’en étonne où ne s’en émeut. Un journaliste africain francophone est obligé de comprendre l’anglais pour travailler correctement aux Nations Unies alors que son collègue américain ou britannique peut vivre plus de 20 ans à Genève, dans la ville de Calvin, de Rousseau, de Voltaire sans devoir prononcer aucune phrase en français. La diversité linguistique et culturelle reste un droit, un principe et une valeur. Pour changer cette situation la tâche est immense car le manque de réaction a installé une certaine routine dans le recrutement et l’envoi de fonctionnaires non francophones à Genève. Les porte-parole des différentes institutions et organes du système onusien se sont installés confortablement dans un monolinguisme dont les conséquences les plus visibles sont la rédaction de communiqués de presse et des conférences de presse exclusivement en anglais. Aujourd’hui, il y a moins de journalistes américains et anglais accrédités au Palais des Nations que durant la guerre la froide mais paradoxalement la majorité de francophones, les Espagnols, les Chinois, les Arabes et les Russes sont obligés de se soumettre au diktat de la langue anglaise. Si elle gagne du terrain, la mobilisation des francophones pour préserver l’usage du français se heurte aujourd’hui à une réalité budgétaire peu propice au développement des crédits alloués aux traductions. Alors il faut multiplier les actions, résonner plus fort si nécessaire pour redonner de l'équilibre aux choses. Là est la tâche principale de l'ACFOI à Genève.






Les Organisations Internationales





trouvez une Organisations Internationales